Lettres-Histoire-Géographie-EMC

Vidéo à la Une : Oral et apprentissages, Sylvie Plane

Les ateliers pédagogiques des journées de l’histoire de l’Institut du Monde arabe : "Paysages, climats et sociétés du monde arabe de l’antiquité à nos jours"

01 / 02 / 2024

Les ateliers pédagogiques des journées de l’histoire de l’Institut du Monde arabe proposent aux enseignants une mise au point scientifique sur des sujets d’histoire et de géographie du monde arabe ainsi que des outils pédagogiques facilitant la mise en œuvre des programmes sur lesquels ces ateliers s’appuient.
Le thème retenu cette année est « Paysages, climats et sociétés du monde arabe de l’antiquité à nos jours ».

Vous trouverez ci-dessous les présentations des ateliers suivants :

L’atelier du mercredi 6 décembre 2023 intitulé « L’eau au Proche-Orient » dont la partie pédagogique fut assurée par Jessica Kohn, professeur au lycée international de l’Est parisien de Noisy-le-Grand (93), docteure en histoire, à propose de la bande dessinée Histoire de Jérusalem de Vincent Lemire et Christophe Gaultier.

1se_quence_je_rusalem_ima_pre_sentation.pdf

L’atelier du mercredi 20 décembre qui a eu pour thème « Les premiers siècle de l’islam : de la tribu à l’Empire » dont le conférence fut prolongée par une proposition pédagogique d’Anne Troadec chargée de coordination scientifique à l’IISMM (EHESS).

2support_enseigner_islam_ima_2023.pdf

Le mercredi 13 décembre 2023, s’est tenue l’atelier "Le monde arabe et la mer, du XIXe siècle à nos jours. "
Il a permis deux interventions.

Retrouvez ci-dessous la présentation de ces deux temps.

INTERVENTION SCIENTIFIQUE
Caroline Piquet, Maitresse de conférences à Sorbonne-Université
Enseignante-chercheuse, spécialiste de l’histoire économique et sociale de la Méditerranée et du Moyen-Orient, auteure d’une thèse sur le Canal de Suez
La mer et le monde arabe du XIXe siècle à nos jours

JPEG - 5.3 ko

À la croisée de trois espaces maritimes, l’Atlantique, la Méditerranée et l’océan Indien, le monde arabe est riche d’une histoire maritime séculaire. Au XIXe siècle, les échanges marchands se développent et la globalisation élargit les sphères du commerce de l’Europe vers l’Asie. Alors que le monde arabe affirme son identité face au monde ottoman, il devient aussi le cœur d’une espace maritime convoité dans un contexte d’expansion des empires et des conquêtes coloniales ; le danger vient alors de la mer, espace de la confrontation avec et entre les puissances européennes. Après les indépendances, la mer est enfin reconquise, bien que l’ordre sur ses routes maritimes demeure confié aux puissances étrangères, nord-américaines, européennes ou asiatiques. La mer s’affirme désormais comme l’espace où se jouent les enjeux de la puissance économique contemporaine du monde arabe. Le pétrole et la révolution des porte-conteneurs redéfinissent la position stratégique des ports, générant une nouvelle économie maritime insérée dans les lignes de flux de la mondialisation contemporaine. (Image : le canal de Suez à Ismaïlia.Francis Frith/Library of Congress, fin du XIXe siècle.)

INTERVENTION PEDAGOGIQUE
Sihem BELLA, Professeure au lycée Jean-Moulin à Roubaix (Académie de Lille)
Doctorante en histoire contemporaine à l’IRHiS (Université de Lille)
Alger, un port méditerranéen en situation coloniale
(1830-1962)

JPEG - 57.2 ko

Ville portuaire sous domination ottomane avant 1830, Alger occupe rapidement, à partir de cette date, une place prépondérante au sein de l’empire colonial français. Bâtie en amphithéâtre sur la rive Sud de la Méditerranée, elle conserve une vocation maritime héritée de l’Antiquité. Le port de l’ancienne cité corsaire est réaménagé durant la période coloniale. Comme les nombreuses destructions, ces grands travaux contribuent à métamorphoser le paysage urbain. Arrivés par la mer en 1830, les Français quittent la ville massivement en 1962 quand le pays obtient son indépendance. Durant la période, les circulations s’intensifient à plusieurs échelles - avec la métropole, le Maghreb et voire le bassin méditerranéen. Les quais voient débarquer d’horizons variés des militaires, des colons, des marchands ou encore des touristes, toujours plus nombreux au fil de la période. Le quartier du port conserve une place centrale dans l’organisation spatiale de la ville, et accueille une société portuaire singulière. Lieu de travail et de sociabilité, il est l’objet d’un contrôle accru par les autorités coloniales. (Affiche de 1901, source Gallica - BnF)
De nombreuses sources accessibles aux élèves peuvent permettre d’étudier l’histoire du port d’Alger en situation coloniale et celle de l’ouverture de la ville sur la Méditerranée. Cette réflexion peut s’inscrire dans le cadre de plusieurs programmes de lycée, notamment en classe de Quatrième et de Première (professionnelle, technologique et générale).

Voici le diaporama support de l’intervention de Sihem BELLA, suivie de ces notes, riches et précieuses pour aborder la question.

pp_port_alger_ima_s_bella.pdf
sbella_notes_atelier_ima_port_alger.pdf
 

Agenda

    14 / 03 / 2024

    Début de la formation mémorial de la shoah

    02 / 02 / 2024

    Enseigner la géographie de l’Afrique

    18 / 01 / 2024

    début de la formation géohistoire des migrations

    22 / 09 / 2023

    PAF LHG 23 24 : choisissez votre parcours de formation