5 avr. 2010

BEP Diplôme intermédiaire

BO n° 31 du 27 août 2009

Brevet d’études professionnelles

Modalités d’évaluation de l’enseignement général

NOR : MENE0916028A
RLR : 543-0a
arrêté du 8-7-2009 - J.O. du 29-7-2009
MEN - DGESCO A2-2

 


Vu code de l’éducation et notamment ses articles D 337-26 à D 337-50 ; décret n° 2009-146 du 10-2-2009 ; avis du CSE du 1-7-2009


Article 1 - La liste et le coefficient des unités générales communes aux différentes spécialités du brevet d’études professionnelles sont fixés comme suit :

- français, histoire - géographie et éducation civique : coefficient 6

- mathématiques-sciences : coefficient 4

- éducation physique et sportive : coefficient 2.

 

Article 2 - Conformément aux dispositions de l’article D 337-33 susvisé du code de l’éducation, à chaque unité du diplôme correspond une épreuve de l’examen.

La définition et, lorsqu’il y a lieu, la durée des épreuves, à l’exception de celle concernant l’éducation physique et sportive, sont fixées en annexe au présent arrêté.

 

Article 3 - Pour les candidats sous statut scolaire dans un établissement public local d’enseignement ou dans un établissement privé sous contrat qui sont engagés dans le cycle conduisant à un baccalauréat professionnel et pour les jeunes en formation en vue de préparer un baccalauréat professionnel par la voie de l’apprentissage dans des centres de formation d’apprentis ou des sections d’apprentissage habilités qui auront choisi de se présenter à l’examen, l’épreuve de français, histoire-géographie et éducation civique est évaluée par contrôle ponctuel. Les autres épreuves sont évaluées par contrôle en cours de formation (C.C.F.).

Pour les candidats ayant préparé le diplôme par la voie de la formation professionnelle continue dans un établissement public, l’ensemble des épreuves générales est évalué par contrôle en cours de formation.

Pour les candidats qui sont engagés dans le cycle conduisant au baccalauréat professionnel dans le cadre de l’enseignement à distance ou dans un établissement privé hors contrat, pour ceux qui sont en formation en vue de préparer un baccalauréat professionnel par la voie de l’apprentissage dans des centres de formation d’apprentis ou des sections d’apprentissage non habilités, pour ceux qui ont préparé le diplôme par la voie de la formation professionnelle continue dans un établissement privé et pour les candidats majeurs ne justifiant pas avoir suivi une formation, l’ensemble des épreuves générales est évalué par contrôle ponctuel.

 

Article 4 - L’enseignement général de prévention-santé-environnement fait l’objet d’une évaluation spécifique dans le cadre de l’épreuve professionnelle pratique, selon la définition fixée en annexe 1.

L’évaluation spécifique de prévention-santé-environnement a lieu selon les mêmes modalités que l’épreuve professionnelle dans le cadre de laquelle elle est effectuée. Cette évaluation spécifique est notée sur 20. Cette note s’ajoute aux points de l’épreuve professionnelle affectée de son coefficient.

 

Article 5 - Une qualification « langue vivante », suivie de la désignation de la langue concernée, peut être inscrite sur le diplôme du brevet d’études professionnelles. Elle mentionne le niveau du Cadre européen de référence pour les langues atteint par le candidat. Cette qualification est délivrée aux candidats sous statut scolaire ou d’apprenti en centre de formation habilité à pratiquer le contrôle en cours de formation et aux candidats de la formation professionnelle continue en établissement public, après évaluation en contrôle en cours de formation. Les candidats à l’obtention de cette qualification font connaître leur choix lors de l’inscription à l’examen. Les candidats n’ayant pas obtenu le diplôme peuvent conserver le bénéfice de l’évaluation pendant une durée de cinq ans à compte de son obtention. 

 

Article 6 - Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur pour la session d’examen 2011.

Les dispositions de l’arrêté du 11 janvier 1988 modifié portant définition des épreuves sanctionnant les domaines généraux des brevets d’études professionnelles sont abrogées à l’issue de la session d’examen 2010, ou de la session 2011 lorsqu’une session de rattrapage est organisée.

Par dérogation aux deux alinéas précédents, les dispositions de l’arrêté du 11 janvier 1988 susmentionné demeurent applicables aux spécialités de brevet d’études professionnelles suivantes :

- Carrières sanitaires et sociales

- Conduite et services dans les transports routiers

- Métiers de la restauration et de l’hôtellerie

- Optique lunetterie.

 

Article 7 - Le directeur général de l’enseignement scolaire et les recteurs sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait à Paris, le 8 juillet 2009

Pour le ministre l’Éducation nationale, porte-parole du Gouvernement
et par délégation,
Le directeur général de l’enseignement scolaire
Jean-Louis Nembrini

 

Annexe

A - Français, histoire - géographie et éducation civique : Coefficient 6

1 - Objectifs de l’épreuve :

La partie de l’épreuve portant sur le français permet de vérifier, à l’issue de la première professionnelle, l’acquisition des trois compétences citées dans le programme d’enseignement du français pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel :

- Entrer dans l’échange écrit : lire, analyser, écrire

- Devenir un lecteur compétent et critique

- Confronter des savoirs et des valeurs pour construire son identité culturelle.

La partie de l’épreuve portant sur l’histoire - géographie - éducation civique vise à apprécier le niveau des connaissances et capacités acquises par le candidat au cours de la première professionnelle dans les sujets d’étude choisis parmi ceux prévus par le programme d’enseignement de l’histoire - géographie - éducation civique.

 

2 - Modes d’évaluation

a) épreuve ponctuelle écrite (notée sur 20) - 3 heures :

Les deux parties de l’épreuve (français et histoire - géographie-éducation civique) sont évaluées à part égale, sur 10 points.

- Première partie : français (1 heure 30)

À partir d’un texte littéraire et/ou d’un document, le candidat répond, par écrit, à des questions de vocabulaire et de compréhension. Il rédige ensuite un texte qui peut être une écriture à contraintes (suite de texte, récit, portrait, écriture à la manière de.) ou une écriture argumentative (vingt à vingt cinq lignes).

- Deuxième partie : histoire - géographie - éducation civique (1 heure 30)

L’épreuve consiste en un questionnaire à réponse courte (cinq à dix lignes) ou à choix multiples qui porte sur des sujets d’étude et sur des situations définis dans le programme de première professionnelle. Deux questions sont posées en histoire, deux en géographie et une en éducation civique. Les questions peuvent comporter un support documentaire (texte, image, carte.).

En histoire, une question est posée sur un des cinq sujets d’étude obligatoires et une autre sur une situation relevant de l’un des quatre autres sujets d’étude. Cette seconde question est choisie par le candidat parmi trois questions correspondant chacune à une situation de ce sujet d’étude.

En géographie, une question est posée sur un des quatre sujets d’étude obligatoires et une autre sur une situation relevant de l’un des trois autres sujets d’étude. Cette seconde question est choisie par le candidat parmi trois questions correspondant chacune à une situation de ce sujet d’étude.

En éducation civique, une question est posée sur le thème obligatoire du programme.

Les questions d’histoire sont notées sur 4 points, les questions de géographie sur 4 points, la question d’éducation civique sur 2 points.

b) Contrôle en cours de formation (noté sur 20) uniquement les candidats des GRETA

Les situations d’évaluation de français sont notées sur 10 et celles d’histoire - géographie - éducation civique également sur 10.

Français :

Les deux situations d’évaluation, prennent place à deux moments distincts du cursus de formation. Elles sont référées à des sujets d’études inscrits au programme des classes de baccalauréat professionnel.

- Situation 1 : Lecture - 50 minutes

À la fin d’une séquence, pendant laquelle une oeuvre ou un groupement de textes ont été étudiés, le professeur propose un support nouveau (texte ou document iconographique) qui peut être pris dans l’oeuvre étudiée, qui peut être pris dans ce qui précède ou ce qui suit un extrait étudié dans le groupement de textes, qui peut être un texte ou document iconographique nouveau en lien avec la séquence dans laquelle s’insère l’évaluation.

Le candidat répond par écrit à trois consignes de travail. Il dispose de l’ensemble de ses documents (les textes lus, l’oeuvre, ses notes de cours, des enrichissements de son choix, des travaux personnels .).

Deux consignes de travail visent à vérifier la capacité du candidat à construire le sens du texte :

. compréhension du sens explicite d’un élément du texte : la question porte sur le lexique, un fait de langue, un effet d’écriture . ;

. interprétation : la question porte sur un élément du texte ou sur l’ensemble du texte en rapport avec le champ littéraire inscrit au programme de l’objet d’étude.

- Une troisième consigne de travail invite le candidat à choisir, dans l’oeuvre ou dans le groupement de textes étudiés, un texte ou un document iconographique qui lui a particulièrement plu, ou qui l’a particulièrement frappé, et à expliquer son choix en une dizaine de lignes.

Le candidat dispose d’une fiche, élaborée par le professeur, précisant les critères d’évaluation : connaissances relevant du champ littéraire et du champ linguistique et capacités de lecture définies par le référentiel de certification.

- Situation 2 - Écriture - 50 minutes

À la fin d’une séquence pendant laquelle une oeuvre ou un groupement de textes ont été étudiés, le professeur propose une consigne qui peut être :

. soit une contrainte d’écriture prenant appui sur un des supports étudiés pendant la séquence,

. soit une question engageant une écriture argumentative en rapport avec la séquence.

Le candidat rédige un texte de trente à quarante lignes. Il dispose de l’ensemble de ses documents (les textes lus, l’oeuvre, ses notes de cours, des enrichissements de son choix, des travaux personnels .).

Histoire - géographie :

Le contrôle est organisé en deux situations d’évaluation qui prennent place à deux moments distincts du cursus de formation. Chaque situation comporte deux parties.

- Situation 1 - 1 heure

1ère partie : en histoire, trois ou quatre questions de connaissance portant sur un des sujets d’étude,

2ème partie : en géographie, commentaire d’un ou deux documents.

- Situation 2 - 1 heure

1ère partie : en géographie, trois ou quatre questions de connaissances portant sur un sujet d’études,

2ème partie : en histoire, commentaire d’un ou deux documents.

B - Mathématiques et sciences physiques et chimiques : Coefficient 4

1 - Objectifs de l’épreuve

L’épreuve en mathématiques et sciences est destinée à évaluer la façon dont les candidats ont atteint les grands objectifs visés par le programme :

- former à l’activité mathématique et scientifique par la mise en oeuvre des démarches d’investigation, de résolution de problèmes et d’expérimentation ;

- apprendre à mobiliser les outils mathématiques et scientifiques dans des situations liées à la profession ou à la vie courante ;

- entraîner à la lecture active de l’information, à sa critique, à son traitement en privilégiant l’utilisation des TIC ;

- développer les capacités de communication écrite et orale.

 

2 - Modes d’évaluation

a) Contrôle en cours de formation (C.C.F.) pour les spécialités comportant des sciences physiques et chimiques

Le contrôle en cours de formation comporte deux situations d’évaluation, l’une en mathématiques, l’autre en sciences physiques ou chimiques, chacune fractionnée dans le temps en deux séquences. Elles se déroulent quand le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des capacités du référentiel de compétences. Les premières séquences doivent cependant pouvoir être organisées avant la fin du deuxième semestre de la seconde professionnelle et les deuxièmes au plus tard à la fin du premier semestre de première professionnelle.

Une proposition de note est établie. La note définitive est délivrée par le jury.

- La situation d’évaluation en mathématiques (notée sur 20)

Cette évaluation en mathématiques d’une durée totale d’une heure environ est fractionnée dans le temps en deux séquences, chacune notée sur 10.

L’évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du référentiel.

. Chaque séquence comporte un ou deux exercices avec des questions de difficulté progressive. Les sujets portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec la physique, la chimie, un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

. L’un des exercices comporte une ou deux questions dont la résolution nécessite l’utilisation de logiciels ou de calculatrices par les candidats. La présentation de la résolution de la (des) question(s) utilisant les TIC se fait en présence de l’examinateur. Ce type de questions permet d’évaluer les capacités à expérimenter, à simuler, à émettre des conjectures ou contrôler leur vraisemblance. Le candidat porte ensuite par écrit sur une fiche à compléter, les résultats obtenus, des observations ou des commentaires.

- La situation d’évaluation en sciences physiques et chimiques (notée sur 20)

Cette situation d’évaluation en sciences physiques ou chimiques d’une durée d’une heure environ est fractionnée dans le temps en deux séquences, chacune notée sur 10 (7 points pour l’activité expérimentale, 3 points pour le compte rendu).

Elles ont pour support une ou deux activités expérimentales (dont certaines peuvent être assistées par ordinateur). L’évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du référentiel. Les notions évaluées ont été étudiées précédemment. Chaque séquence d’évaluation s’appuie sur une activité expérimentale composée d’une ou plusieurs expériences. L’évaluation porte nécessairement sur les capacités expérimentales du candidat observées durant les manipulations qu’il réalise, sur les mesures obtenues et leur interprétation. Lors de cette évaluation, il est demandé au candidat :

. de mettre en oeuvre un protocole expérimental ;

. d’utiliser correctement le matériel mis à sa disposition ;

. de mettre en oeuvre les procédures et consignes de sécurité adaptées ;

. de montrer qu’il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en oeuvre ;

. d’utiliser une ou plusieurs relations, ces relations étant données ;

. de rendre compte par écrit des résultats des travaux réalisés.

Le candidat porte, sur une fiche qu’il complète en cours de manipulation, les résultats de ses observations, de ses mesures et leur interprétation. L’examinateur élabore une grille d’observation qui lui permet d’évaluer les connaissances et capacités du candidat lors de ses manipulations. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

b) Contrôle en cours de formation pour les spécialités qui ne comportent que des mathématiques (noté sur 20 points) - 1heure.

Le contrôle en cours de formation comporte une situation d’évaluation en mathématiques notée sur 20, et fractionnée dans le temps en deux séquences, chacune notée sur 10. Chacune des séquences se déroule quand le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des capacités du référentiel de compétences. La première séquence doit cependant pouvoir être organisée avant la fin du deuxième semestre de la seconde professionnelle et la deuxième au plus tard à la fin du premier semestre de première professionnelle.

Une proposition de note est établie. La note définitive est délivrée par le jury.

Cette évaluation en mathématiques est d’une durée totale d’une heure environ pour l’ensemble des deux séquences.

L’évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du référentiel.

- Chaque séquence comporte un ou deux exercices avec des questions de difficulté progressive. Les sujets portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

- L’un des exercices comporte une ou deux questions dont la résolution nécessite l’utilisation de logiciels ou de calculatrices par les candidats. La présentation de la résolution de la (des) question(s) utilisant les TIC se fait en présence de l’examinateur. Ce type de questions permet d’évaluer les capacités à expérimenter, à simuler, à émettre des conjectures ou contrôler leur vraisemblance. Le candidat porte ensuite par écrit sur une fiche à compléter, les résultats obtenus, des observations ou des commentaires.

c) Épreuve ponctuelle pour les spécialités comportant des sciences physiques et chimiques (notée sur 20 points) - 2 heures

L’épreuve comporte deux parties écrites d’égale importance concernant l’une les mathématiques, l’autre les sciences physiques et chimiques.

Mathématiques (notée sur 10 points) : 1 heure

- Le sujet se compose de deux ou trois exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant aussi largement que possible des capacités mentionnées dans le référentiel de BEP.

- Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec la physique, la chimie, un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

- Un exercice au moins concerne l’utilisation de TIC. Dans ce cas l’énoncé est adapté au contexte des programmes et aux modalités de l’épreuve : certains éléments qui pourraient être nécessaires (copies d’écran, résultats de calculs, etc.) sont fournis sur papier avec le sujet.

Sciences physiques et chimiques (notée sur 10 points) : 1 heure

Le sujet doit porter sur des champs différents de la Physique et de la Chimie. Il se compose de deux parties :

- Première partie

Un ou deux exercices restituent une expérience ou un protocole opératoire, à partir d’un texte (en une dizaine de lignes au maximum) et éventuellement d’un schéma. Au sujet de cette expérience décrite, quelques questions conduisent le candidat, par exemple à :

. montrer ses connaissances ;

. relever des observations pertinentes ;

. organiser les observations fournies, en déduire une interprétation et, plus généralement, exploiter les résultats.

- Deuxième partie

Un exercice met en oeuvre, dans un contexte donné, une ou plusieurs grandeurs et relations entre elles. Les questions posées doivent permettre de vérifier que le candidat est capable :

. de montrer qu’il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en oeuvre ;

. d’indiquer l’ordre de grandeur d’une valeur compte tenu des mesures fournies et du contexte envisagé ;

. d’utiliser des définitions, des lois et des modèles pour résoudre le problème posé.

Dans un même exercice, les capacités décrites pour ces deux parties peuvent être mises en oeuvre. Lorsque l’épreuve s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

d) Épreuve ponctuelle pour les spécialités qui ne comportent que des mathématiques :

Épreuve ponctuelle de mathématiques (notée sur 20 points) - 1 heure

- Le sujet se compose de deux ou trois exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant une part aussi large que possible des capacités mentionnées dans le référentiel de BEP.

- Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec d’autres disciplines, un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

- Un exercice au moins concerne l’utilisation de TIC. Dans ce cas l’énoncé est adapté au contexte des programmes et aux modalités de l’épreuve : certains éléments qui pourraient être nécessaires (copies d’écran, résultats de calculs, etc.) sont fournis sur papier avec le sujet.

 

3 - Instructions complémentaires pour l’ensemble des types d’épreuves (contrôle en cours de formation ou épreuve ponctuelle)

Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué sur le sujet. La longueur et l’ampleur du sujet doivent permettre à tout candidat de le traiter et de le rédiger posément dans le temps imparti.

Si des questionnaires à choix multiple (QCM) sont proposés, les modalités de notation doivent en être précisées. En particulier, il ne sera pas enlevé de point pour les réponses fausses.

La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront dans l’appréciation des copies

Calculatrices et formulaires

L’emploi des calculatrices est autorisé, dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur. Il est ainsi précisé qu’il appartient aux responsables de l’élaboration des sujets de décider si l’usage des calculatrices est autorisé ou non. Ce point doit être précisé en tête des sujets.

Il n’est pas prévu de formulaire officiel. En revanche, les concepteurs de sujets peuvent inclure certaines formules dans le corps du sujet ou en annexe, en fonction de la nature des questions.

 

4 - Remarques sur la correction et la notation

Les concepteurs de sujets veilleront, dans leurs propositions, à mettre en évidence les objectifs et les capacités ou compétences visées.

Les consignes de correction devront permettre aux correcteurs de prendre réellement et largement en compte, dans l’appréciation des copies la démarche critique, la cohérence globale des réponses.

Les examinateurs et les correcteurs ne manifesteront pas d’exigences de formulation démesurées, et prêteront une attention particulière aux démarches engagées, aux tentatives pertinentes, aux résultats partiels.

C - Prévention - sante - environnement : Coefficient 1

1 - Objectifs de l’épreuve :

L’épreuve a pour objectif d’évaluer les capacités du candidat à :

- Conduire une démarche d’analyse de situations en appliquant la démarche de résolution de problème

- Mobiliser des connaissances scientifiques, juridiques et économiques

- Proposer et justifier les mesures de prévention adaptées

L’évaluation porte notamment sur :

- le respect des étapes de la démarche mise en oeuvre,

- l’exactitude des connaissances,

- la pertinence et le réalisme des solutions proposées.

 

2 Modalités d’évaluation :

a) Contrôle en Cours de Formation (noté sur 20)

Le contrôle en cours de formation est organisé à partir de deux situations d’évaluation. Chaque situation d’évaluation est notée sur 10 points.

- première situation d’évaluation : écrite - 1 heure

Elle permet en fin de seconde professionnelle l’évaluation par sondage des compétences des modules 1 à 5 des référentiels pour les baccalauréats professionnels (santé et équilibre de vie, alimentation et santé, prévention des comportements à risques et des conduites addictives, sexualité et prévention et environnement économique et protection du consommateur). Le sujet comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur les modules correspondants. Il permet d’évaluer des capacités et des connaissances. À partir d’une situation de la vie quotidienne, le candidat doit notamment mettre en oeuvre une démarche de résolution de problème.

- deuxième situation d’évaluation : écrite - 1 heure

Elle permet, au plus tard à la fin du premier semestre de la première professionnelle, l’évaluation par sondage des compétences et des connaissances des modules 6 et 7 (gestion des ressources naturelles et développement durable et prévention des risques). Elle prend appui sur des situations de la vie quotidienne ou professionnelle accompagnées d’une documentation.

b) Épreuve ponctuelle (notée sur 20) - 1 heure

Le sujet se compose de deux parties indépendantes, l’une correspondant à l’évaluation des modules 1 à 5, l’autre correspondant à l’évaluation des modules 6 et 7. Chaque partie, notée sur 10 points, comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur les modules correspondants.

- Première partie :

Le sujet comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur les modules correspondants. Il permet d’évaluer des capacités et des connaissances. À partir d’une situation de la vie quotidienne, le candidat doit notamment mettre en oeuvre une démarche de résolution de problème.

- Deuxième partie :

Le sujet comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur les modules correspondants. Il permet d’évaluer les connaissances relatives à l’environnement et aux risques. Le candidat dispose de documents ressources lui permettant de proposer une démarche de prévention.

 

 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.